Inizio > Rivista Antonianum > Articoli > Maans Mercoledì 13 novembre 2019
 

Rivista Antonianum
Informazione sulla pubblicazione

 
 
 
 
Foto Maans Frédéric , Recensione: A. BATTISTA-B. BAGATTI, La Caverna dei Tesori. Testo arabo con traduzione italiana e commento, in Antonianum, 55/4 (1980) p. 745-746 .

Les fouilles archéologiques entreprises en 1974 au flanc est du Golgotha ont permis de découvrir une petite grotte creusée dans le rocher. Les travaux de Constantin avaient condamné cette grotte qui pour la grande Eglise ne devait plus avoir d'importance. Le P. Bagatti, avec son intuition habituelle, mit cette grotte en rapport avec la grotte des trésors dont il est question dans plusieurs ouvrages apocryphes. II lui parut done im-portant de faire connaitre le texte da La Cáveme des Trésors, ouvrage apocryphe si éloigné de notre logique, mais si proche de l'aggadah juive. Une fois de plus, le P. Bagatti put confirmer son hypothése de travail: les apocryphes proviennent de l'Eglise judéo-ehrétienne et furent ecartes par la grande Eglise qui ne les comprenait plus, parce qu'elle avait adopté une anthropologie diverse. Le texte syriaque de la Cáveme avait deja été traduit en allemand par C. Bezold. M. Dunlop Gibson avait publié également le codex árabe Sinait. n. 508 intitulé « Livre des Révé-lations ». C'est ce texte que Bagatti reproduit ici et que Battista a traduit en italien. Le P. Bagatti a pensé faire oeuvre utile en faisant suivre le codex Sinait. du codex 306 de Cambridge, des fragments d'Hyppolite, d'Euthychius Said ibn Baliq et d'Agapius. Quelques illustrations montrent le prolongement des thémes du livre dans l'histoire de l'art.

Le texte est precede d'une introduction due au P. Bagatti. Les pro-blémes littéraires des apocryphes du eyele d'Adam y sont briévement esquissés. L'est ensuite le probléme des sources de la Cáveme que l'auteur aborde. Pour résoudre ce probléme, il étudie le symbolisme juif repris dans ¡e texte ainsí que les insertions chrétiennes. Les conclusions sont résumées en finale.

Selon Bagatti, il existait des textes juifs qui liaient les gestes d'Adam, d'Abel, de Noé, d'Abraham et de Melchisédek au Mont Moriah. Aprés la destruction du Temple en l'an 70, les judéo-ehrétiens s'emparérent de ees traditions pour les transposer au Golgotha.

Le texte que nous avons actuellement est une compilation du 7é siécle qui contient des matériaux de provenances diverses. Nul ne doute de Fimportance du texte de la Cáveme des Trésors pour comprendre la signification du Golgotha pour les premieres générations chrétiennes. J. Jeremías en 1926 avait déjá attiré l'attention sur ce texte dans son livre intitulé «Golgotha». II est intéressant de noter le processus de christianisation des traditions juives. On sait que la communauté samaritaine avait fait le méme travail d'actualisation de la Bible en situant sur le Garizim les scénes les plus importantes de Fhistoire sainte.

Le P. Bagatti se prepare á publier un autre apocryphe intitulé le Corribat d'Adam. II a déjá mentionné les principaux textes paralléles qui se trouvent dans la Cáveme des Trésors. L'étude des sources gagnera certainement en profondeur par la publication de ce nouvel apocryphe. L'ouvrage de J. Bamberger, Die Literatur der Adambücher und die Haggadischen Elemente der syrischen Schatzhohle mériterait d'étre exploité.

Une fois de plus le P. Bagatti a pu montrer que les apocryphes con-tiennent des informations archéologiques exactes. L'étude de la Dormition de la Vierge lui avait permis de tirer des conclusions semblables concer-nant le tombeau de la Vierge á Jérusalem. C'est la un des mérites et non des moindres de ce livre. Les apocryphes ne sont plus ees textes étranges ou simplement édifiants. lis sont issus de la communauté judéeo-ehrétienne qui s'exprime avec les catégories et les symboles juifs. Ce n'est pas parce que ees écrits sont éloignés de notre mentalité et proches de l'aggadah juive que nous avons le droit de les mépriser. C'est avec les mémes critéres avec lesquels nous abordons les Midrashim juifs que nous devons étudier les apocryphes. Parce qu'il nous rappelle avec insi-stance cette nécessité de renouveler notre approche des Apocryphes, le P. Bagatti mérite notre respect.


 
 
 
 
 
 
Martín Carbajo Núñez - via Merulana, 124 - 00185 Roma - Italia
Questa pagina è anche attiva qui
Webmaster